780.488.4460

  • Edmonton lawyers
  • Edmonton dui lawyers
  • Alberta criminal lawyers
  • Criminal lawyer

Témoins

  • S’il vous plaît, relisez le rapport, les notes, ou tout autre document que vous avez préparé pour le procès avant de comparaître en cour. Il est probable que vous aurez à répondre à plusieurs questions touchant les notes. Le juge pourrait vous donner la permission de regarder vos notes pendant votre témoignage afin de vous rafraîchir la mémoire. Pourtant, il est souhaitable que vous témoigniez de votre mémoire sans regarder des notes quand c’est possible.
  • Une fois arrivé, veuillez rester assis près de la salle d'audience où le procès aura lieu.
  • L’avocat aimerait peut-être vous parler encore brièvement avant d’entrer dans la salle d'audience. Si vous avez des questions de dernière minute à poser, c’est à ce moment-là que vous devriez le faire.
  • Si l’avocat n’est pas présent quand vous arrivez, en l’attendant, ne parlez pas à d’autres avocats, ni aux policiers. Ne parlez pas aux autres témoins, ni aux témoins potentiels à propos de l’incident qui vous a amené en cour. Surtout ne parlez pas de ce que vous allez dire en cour.
  • Lorsque le procès commence, vous serez probablement exclu de la salle d'audience. La raison pour cela est pour que la cour soit certaine que vous n’êtes pas en train de changer votre témoignage afin de conformer mieux avec ce qui a été déjà entendu.
  • Vous devriez vous asseoir pendant ce temps juste en dehors de la salle d'audience dans le foyer. S’il vous plaît, ne partez pas pour aller à la cafétéria, etc. Ne sortez pas afin de fumer. Si on ne vous voit pas quand on sort vous chercher, il sera nécessaire d’ajourner brièvement le procès afin de vous trouver. Cela est inévitable si vous êtes à la toilette, mais c’est le seule autre endroit ou vous devriez être à part d’autour de la salle d'audience. On espère ainsi éviter des pertes de temps.
  • Les témoins sont appelés dans un ordre très spécifique. Les témoins de la couronne sont appelés en premier. La couronne pose des questions et la défense a l’opportunité de faire un contre-intérrogatoire. Parfois la couronne posera d’autres questions. Parfois le juge a quelques questions aussi. Quand toutes les questions ont été posées, le témoin est excusé. Le témoin a le choix de rester pour la durée du procès, ou de partir. Ensuite la couronne appelle son prochain témoin et la procédure est répétée jusqu’à ce que tous les témoins de la couronne aient témoignés. Normalement, la couronne déclare ensuite sa preuve close.
  • À ce point-là, l’avocat de la défense a un choix de présenter des preuves ou de déclarer sa prevue close. Malgré le fait que quelqu’un, soit l’accusé ou l’avocat de la défense, vous a demandé de venir témoigner, il est possible que l’avocat de la défense va, après avoir entendu le cas de la couronne, décider que ce n’est pas nécessaire de vous appeler comme témoin. Si, pourtant, l’avocat décide que votre témoignage est encore nécessaire, voici à quoi vous pouvez vous attendre.
  • Quelqu’un, soit le greffier ou l’avocat, sortira de la salle d'audience et vous dira que c’est votre tour. Suivez la personne jusqu’à l’intérieur de la salle. Le greffier ou l’avocat vous indiquerez où vous devriez vous mettre debout. Si vous avez des difficultés de vous mettre debout pendant plus que 10 minutes, veuillez le faire savoir au greffier ou à l’avocat, idéalement quelques jours avant le procès. Si vous ne voyez pas l’endroit que le greffier indique, cherchez le microphone.
  • Le greffier va vous demander, soit de jurer sur la bible ou d’affirmer, que ce que vous allez dire est la vérité absolue. Vous pourrez jurer en utilisant la torah ou un autre texte sacré. Veuillez laisser le greffier et l’avocat savoir un jour ou deux avant le procès si vous désirez jurer en vous appuyant sur un text sacré autre que la bible. Si vous souhaitez affirmer, vous pouvez communiquer votre choix au greffier quelques minutes avant que le procès commence.
  • L’avocat de la défense commencera en vous posant des questions. C’est votre opportunité de raconter votre histoire. Les questions vont souvent vous inviter à élaborer.
  • Quand l’avocat de la défense ou de la couronne vous posent des questions, veuillez garder ces points en tête.
    1. Dites seulement la vérité. N’exagérez rien, et ne minimisez rien.
    2. Si vous ne connaissez pas la réponse, soit parce que vous n’étiez pas là, soit parce que vous n’avez pas vu, vous pouvez dire que vous ne savez pas pour cette raison là.
    3. Si vous ne pouvez pas vous souvenir d’un évènement ou d’un détail, dites-le. Ne devinez pas. Pourtant si vous êtes certain(e) d’un fait (sans l’avoir vu ou entendu) à cause des événements que vous avez vus ou entendus vous devriez informez la cour de votre conclusion logique, et dites clairement les raisons pour lesquelles vous croyez que ceci ou cela soit arrivé.
    4. Ne répondez pas à une question que vous n’avez pas entendue ou que vous n’avez pas comprise. Demandez que la question soit répétée. Si vous n’avez pas encore compris, vous pouvez le dire et demandez que la question soit posée autrement. Si vous n’avez pas encore compris, vous pouvez utiliser la formule suivante “si vous me demandez si _________________, ma réponse serait ____________.”
    5. Quand c’est approprié, répondez avec un oui ou un non. Les hochements de la tête ou les sons comme “mmhm” n’apparaissent pas sur la transcription. Pareillement, les démonstrations avec les mains, sans une explication verbale, ne seront d’aucune aide si une transcription du procès devient nécessaire.
  • Quand l’avocat de la défense a fini de poser ses questions, il ou elle va vous demander de répondre aux questions de son collègue ou, en anglais, de “his or her friend”. En vérité, les deux avocats ne sont pas nécessairement des amis, mais ils s’appellent l’un ou l’autre, “my friend” ou “my learned friend” pour montrer leur respect pour le rôle que l’autre joue dans le système judiciaire et pour montrer aussi leur respect pour la cour.
  • Lorsque l’avocat de la couronne vous pose des questions, veuillez garder ces points, ainsi que les autres déjà mentionnés, en tête.
    1. Vous êtes là afin de combler votre devoir comme citoyen(ne) afin de mettre toute l’histoire devant la cour.
    2. Ne vous laissez pas devenir agité, en colère, ou défensif. Répondez aux questions calmement et respectueusement.
    3. N’essayez pas d’“aider” votre ami en donnant un témoignage extrêmement favorable. Plusieurs juges ont une facilité pour la détection des mensonges et des exagérations et ils vont conclure rapidement que votre témoignage ne vaut rien.
    4. S’il y a un silence après une de vos réponses, n’essayez pas de le rompre inutilement. Répondez seulement à la question posée, et n’offrez rien de plus. Ce n’est pas le moment de raconter votre histoire – ça c’était fini lorsque l’avocat de la défense s’est assis.
    5. Un avocat de la couronne bien expérimenté pourrait poser une série de questions très courtes qui demandent une réponse de “oui” ou de “non”. Si vous avez déjà répondu “oui” ou “non” à quelques questions, ne continuez pas aveuglement en donnant la même réponse. Prenez le temps de réfléchir à chaque question, même s’il vous semble que la couronne veut une réponse rapide. La transcription ne montrerait pas que vous avez pris quelques secondes pour réfléchir avant de répondre.
    6. Lorsque vous répondez aux questions du juge ou de la couronne, ne cherchez pas de l’aide en regardant votre ami, l’accusé, ou l’avocat de la défense. Votre témoignage aura l’air de quelque chose très calculé, scripté et invraisemblable.
  • Une fois que la couronne ait fini de poser ses questions, le juge souvent demandera à l’avocat de défense s’il y a d’autres questions à poser. Si une question était soulevée dans le contre-interrogatoire qui n’était pas discutée quand l’avocat de la défense posait ses questions, l’avocat de la défense pourrait poser quelques questions de plus.
  • Le juge pourrait aussi avoir quelques questions. Lorsqu’il n’y a plus de questions, vous serez libre de quitter le microphone. Le juge va vous indiquer si vous êtes libre à partir. Si personne ne dit que vous pouvez partir, s’il vous plaît, ne partez pas. Il se peut que vous soyez rappelé(e) à témoigner encore pour clarifier un point.
  • Une fois que vous êtes excusé par la cour, vous pouvez quitter la salle, ou vous pouvez vous asseoir et regarder le reste du procès.
  • A la fin du procès, d’habitude tout le monde est fatigué et alors l’avocat de la défense pourrait peut-être oublier de vous remercier d’être venu témoigner. On aimerait prendre cette opportunité maintenant. Plus important que le fait d’avoir aidé un ami, ou un membre de la famille, vous, comme témoin, avez joué un rôle important dans le système judiciaire. Votre témoignage aide le juge à voir un autre aspect du cas qu’il ou elle n’aurait pas vu autrement. Vous pouvez être fier(ère) que vous avez aussi rendu service au publique. Quand vous témoignez, vous assistez à protéger l’intégrité du système judiciaire.